Bye bye paradigme ?

par | Juil 28, 2020 | On refait le monde | 0 commentaires

La situation actuelle pour le moins critique serait-elle enfin l’amorce d’un VRAI changement de paradigme ?

Un climat anxiogène

Evidemment, le climat est anxiogène, en témoignent les pénuries de papier toilette et de coquillettes dans les rayons des supermarchés. Mon moi empathique et rebelle à la fois ne peut s’empêcher de s’offusquer de ce genre de comportement, individualiste encore et toujours. Manque d’éducation ou peur, peu importe, le résultat est le même, on ne pense qu’à soi. Et c’est moche 👎. Mais la peur a ce défaut d’être irraisonnable, mon moi tolérant peut donc la comprendre également (oui, ça fait beaucoup de moi, on est nombreux dans ma tête, ce qui, en période de confinement, permet de ne jamais s’ennuyer ! 🤪

pénurie de papier toilette confinement

De nouveaux élans de solidarité

Pour autant, il semblerait que l’éloignement physique imposé encourage le rapprochement virtuel et de nouveaux élans de solidarité, des retrouvailles dans le cocon familial, trop souvent laissé pour compte au profit de son travail « trop super mega important avec plein de réunions qui ne servent à rien mais qui sont trop corporate » (ceux qui me connaissent savent que je grossis le trait volontairement, vous avez compris l’idée), une nouvelle place à l’oisiveté tant écartée de nos vies du fait de la foultitude d’activités pour distraire nos cerveaux de la réflexion, de l’introspection. Et ça, c’est beau. ❤️

Vers une prise de conscience ?

prise de conscience Et si ce temps était justement vecteur de prises de conscience ? Ah tiens, ces personnes de petites tailles vivant sous mon toit ont l’air sympas en fait ! Et si cela permettait de se poser les BONNES questions : « euh, en fait, commander 12 nouvelles tenues par mois, est-ce vraiment nécessaire ? ». De remettre en cause le système actuel dont nous sommes tous acteurs, en mode syndrome de Stockholm 😕. On sait qu’il y a quelque chose qui cloche mais la frénésie du quotidien nous empêche (et parfois ça nous arrange bien) de réfléchir à ce qu’on veut VRAIMENT. Et si c’était le moment de nous reconnecter à notre créativité, à notre intuition, d’aller à l’intérieur de nous et d’en extraire l’essentiel ?

Alors oui, il faut a priori toujours être sur le fil du rasoir pour que les choses bougent visiblement. Que nos petites vies soient frontalement atteintes. Finalement, la nature reprend toujours ses droits, quel que soit le moyen. Et ça, c’est dramatiquement beau aussi. 🌍

Rien ne sert d’ignorer les signaux qui nous sont envoyés

Mon parcours de vie m’a jusqu’à présent démontré (même s’il y a évidemment encore du boulot) que rien ne sert d’ignorer les signaux qui nous sont envoyés, ils seront de plus en plus forts et de moins en moins agréables, jusqu’à ce qu’on en tire des apprentissages, parfois dans la douleur.

J’apprends à surfer et je prends la vague tranquilou ? Ou j’y vais à la one again et je fais un gros plat ?

J’ai la sensation que c’est ce que nous sommes en train de vivre actuellement. Changer nos modes de vie au nom de l’écologie, de la sobriété, du futur de nos descendants ? « Mouais non, je sais pas trop, ça me tente pas des masses » Ok… « Dis Roger, on leur mettrait pas une petite épidémie sur le coin de la tronche histoire qu’ils comprennent là ? » 💥

Alors attention, loin de moi l’idée de faire la morale ou quoi, cela me concerne également.

Des préoccupations financières

D’ailleurs, la préoccupation première, au-delà de ne pas être infectés, reste tout de même financière pour la plupart d’entre nous. C’est là que je me dis qu’il y a un réel souci. On se met la rate au court bouillon pour cet argent qui risque de nous manquer parce que nous ne pouvons plus travailler, ce même argent qui va être « créé » sous forme de dette afin de nous sortir de tout ça. Comme quoi, c’est possible. Mais seulement quand notre santé, à nous les pays riches, est mise à rude épreuve. Les épidémies, la famine dans le tiers-monde, les koalas qui brûlent vifs et leurs petits copains qui disparaissent aux quatre coins du monde, ça on s’en fiche un peu, ils ont l’habitude.

décentralisation et croissance infinie

Le tribut à payer pour avoir cédé à la décentralisation au profit… du profit et de la croissance infinie 🤑. Sauf que là, la croissance va prendre un sacré coup dans l’aile et le capitalisme dévorant tel qu’on le connaît aussi. Du moins je l’espère.

La spirale dynamique

Cela me fait penser à la spirale dynamique, concept qui aborde les changements de paradigmes et la façon dont nous nous adaptons, que ce soit au niveau individuel, sociétal, organisationnel, …

Ce concept avait été évoqué lors de ma formation en coaching, en 2013, et m’avait déjà passionnée (car très bien abordée également par Max Meulemans). Je vous ai mis un dessin pioché sur les internets (source Matthieu Van Niel) afin de mieux comprendre mais, dans les grandes lignes, ce modèle retrace les différentes « phases » que tout système, organisation et même individu, peut connaître.

spirale dynamique

L’évolution de l’Humanité comparable à celle d’un être humain

En gros, pour simplifier, nous pouvons par exemple comparer l’évolution de l’Humanité à celle d’un être humain :

–         Le bébé (couleur beige) : son quotidien se résume à satisfaire ses besoins physiologiques primaires, il est en mode survie et donc auto-centré. A l’échelle de l’humanité, c’est la préhistoire.

–         L’enfant en bas âge (violet) : fonctionnement en « tribu », besoin d’appartenance, de fusion, d’un cocon. Mode collectif

–         L’enfant qui teste : l’époque du non, de la transgression, du test, la période égocentrique du JE VEUX tout et maintenant, l’enfant qui devient roi si on ne met pas de cadre. A l’échelle de l’humanité, l’éclosion des systèmes de pouvoir très marqués.

–         L’enfant qui apprend les limites : besoin de cadre, de normes, de limites, de modèles bien définis, qui le rassurent et lui donnent une ligne de conduite. « On a toujours fait comme ça ».

–         L’adolescent (orange) : on se cherche, on veut trouver son propre mode d’expression, on se rebelle, à nouveau une période très auto-centrée, très égotique, on entre en compétition, on se prouve des choses. On veut être le meilleur.

–         L’adulte (vert) : il trouve la voie de la maturité, se tourne à nouveau vers le collectif.

–         L’adulte plus mûr (bleu) : c’est la voie de la sagesse, le chemin vers davantage de spiritualité, d’introspection, on fait le point, on se tourne à nouveau vers soi.

Et ainsi de suite.

La société qui que nous connaissons actuellement est très ancrée dans le Orange : tout prête à penser que l’Humanité est en pleine crise d’adolescence, en quête de compétitivité, de performance, une ère individualiste, qui pense efficacité et immédiateté. C’est le modèle capitaliste tel qu’on le connaît. On pense à son intérêt avant tout. Et à très court-terme. Les autres, «c’est trop des bouffons », vous comprendrez la caricature. 😈

Une phase de chaos nécessaire ?

Le passage d’une phase à une autre demande donc un changement de paradigme, qui passe souvent par une phase de chaos durant laquelle la tendance « naturelle » serait le retour en arrière, vers ce que nous connaissons, se raccrocher aux branches en quelques sortes. Ce qui peut expliquer, à notre niveau, la montée de partis extrêmes, qui cultivent la peur et proposent des solutions drastiques et donc un « cadre », qui, bien que contestable, n’en est pas moins rassurant pour certains.

En effet, le changement risque de se faire dans la douleur et on en voit les premiers signaux. Mais l’idéaliste en moi ne peut s’empêcher d’espérer que ce sera pour le mieux, vers du mieux. 🙏

changement

Et tout changement profond découlant de la somme des changements individuels, j’ai bon espoir que le temps passé chez soi permette l’introspection nécessaire. La question du sens. Qui revient d’ailleurs dans beaucoup de mes coachings qui se font ontologiques.

Alors oui, c’est une démarche parfois compliquée et éprouvante mais tellement satisfaisante au bout du compte !

Je serais d’ailleurs ravie de vous accompagner dans vos réflexions ! C’est aussi pour cette raison que LIGHT UP existe, pour vous aider à structurer votre réflexion, puiser dans vos ressources parfois insoupçonnées, vous reconnecter à votre VOUS véritable, et vous permettre d’actionner les changements qui vous permettront de vous aligner. De devenir qui vous êtes 😊

On peut même se voir par Skype en attendant de pouvoir à nouveau partager un café !

Alors bas les pattes (mais pas les pâtes apparemment !) et hauts les cœurs ! 💪💕

A très vite !

Emilie

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Développement personnel

Tous les articles, par ici !

Le monde merveilleux de l’entreprise

Tous les articles, par ici !

Contactez-moi

Vous avez des questions ? J’y répondrai avec plaisir, il vous suffit de remplir quelques informations. À très vite !

M’envoyer un message

Téléphone
06 65 54 95 52
Email
emilie.faby@lightup-rh.com

6 + 3 =